AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Evan

Aller en bas 
AuteurMessage
Roniron Weasley

Roniron Weasley

Hiboux Envoyés : 130
Gallions : 4034
Depuis quand t'es là ? : 11/05/2009
Where Are You ? : Vers mon Asouil d'amour XD

Evan Empty
MessageSujet: Evan   Evan Icon_minitimeLun 28 Juin - 19:12

Ce soir là, toutes envies de continués de se battre avait quitté le corps d’Evan. Il devait pourtant continuer pour une seule raison, la raison qui l’avait poussé dans ce horrible lieu.

Si seulement tout pouvait redevenir comme avant. A l’époque de ses 17 ans où une paix relative régnait dans le monde. Pas de guerres permanentes, de politiques aberrantes et de lois stupides. Juste une vie normal de jeune homme des amis des fêtes et des longues nuit de rire et de bonheur. Pourquoi tout cela avait-il prit fin ? Pourquoi beaucoup de ses amis étaient maintenant mort pour de stupide chose ?
Il n’avait pas les réponses à ses questions, mais il espérait de tout son cœur qu’un jour il pourrait enfin à nouveau sourire et oublier…

Oublier l’image de Basil, son meilleur ami, mort parterre dans un cour le corps troué de balles de plomb. Il n’avait même pas prit le peine de le tuer avec un méthode moderne et rapide comme les pistolets électriques. Non ! Il avait utilisé l’arme qui blessait, faisait souffrir, pleurer et gémir. Ils étaient vraiment horrible !

Nous sommes en 2020, le monde à énormément changer, mais pas en bien… les magnifiques paysages ont été remodlé par les bombes, beaucoup d’humains ont oublié le goût du rire et ne savaient plus que pleurer et attendre qu’un avion vienne arrêter leur souffrance, les autres essayait de ce battre pour retrouver le monde comme avant. Le monde dans le quel, malgré les petits malheurs, ils vivaient heureux et ils regrettaient de ne pas en avoir plus profiter.

Evan fait partit des ses gens, mais ce soir là, l’envie de se battre avait quitté son corps. Il tremblait coucher sur le sol geler de l’ancienne église où il avait trouvé refuge.
C’était étonnant de découvrir ce bâtiment car tout cela avait commencé par la religion et plus en particulièrement des lois européennes discriminant les musulmans : Interdiction de construire des minarets, interdiction du port du voile. l'Islam avait bien sur répliquer en interdisant les clochers et certaines pratiques chrétiennes dans leur pays. Après des tentions très forte, la France fit un nouvelles lois qui fut la goutte d’eau qui a fait débordé le vase, où plutôt exploser le vase… Les français interdirent tout simplement d’être musulman dans leur pays. La Suisse qui arrivait pas à s’accorder se sépara un deux pays : La Suisse et la Romandie qui était la zone où vivait la plus part des francophone Suisse, là où vivait Evan.

Les pays d’Europe s’était rallié pour protéger la France. La Russie qui n’avait jamais aimé l’Europe s'allia au pays islamique qui se battait pour leur liberté. Très peu de temps après la chine entra en guerre contre la Russie car celle ci faisait passé ses armés sur son territoire. Les deux Corée profitant des tensions, entrèrent un guerre l’une contre l’autre dans le but d’unifié le pays. Le japon s’allia à la France et s’attaque à la Russie. La Chine prenant mal que le japon attaque aussi la Russie partit en guerre contre le pays des samouraïs. Le Canada se trouva offensé pas les État-uni et rentèrent n guerre contre ceux ci. La plus part des pays d'Amérique du sud des révolutions et rentèrent en guerre les un contre les autres. Les guerres faisaient alors du surplace, sauf en Amérique du sud où l’argentine avait conquis tout le contient et s’attaqua alors à l’Afrique qui avait réussit à rester en dehors de tout conflit jusqu’à présent.

La terre entière étaient maintenant un guerre et même les pays dit neutre comme la Romandie étaient souvent bombardé.

Les vitraux de l’église étaient presque tout brisé et un grand partie du toit avait brulé. Il faisait froid, le genre de froid qui faisait mal jusqu'au ventre. Evan se réveilla doucement : il s’était endormit et encore un fois avait revu les images de son ami en train d'agoniser. Pourquoi avait-il été si têtu et avait tenu à dire la vérité?

Il avait envie de vomir… Il se pencha sur la gauche et vomit. Malheureusement pour lui il n’avait rien mangé depuis trois jours. Il se releva et alla chercher à manger dans l’arrière du bâtiment de pierre.

Tout était saccagé, mais il y trouva un bout de pain sec. Il le prit et l’engloutit rapidement. Cela fit du bien à son estomac qui criait famine. Il avait hâte de revenir au camp où il était attendu pour connaître les positions des squards. Les squards étaient un groupe de motard qui aimait détruire tout se qu’il trouvait sur leur chemin. Le groupe qui comptait sur Evan s’appelait « Le camp » pour la simple raison que tout le monde était rassemblé dans un quartier barricadé.

Le jeune homme tituba jusqu’à la sortit, il savait maintenant où se trouvait le lieu du ressemblent des motards et était rassuré : il se trouvait suffisamment loin pour ne pas inquiéter le camp.

Il se cacha dans le buisson qui bordait l’aller. Il était à quatre pattes dans les hautes herbes personnes ne devait le voir. Il arriva au premier croisement de rue. Il regarda discrètement et traversa à toute vitesse. Il n’y avait plus de plante. Il se colla contre le mur et avança doucement priant tout les dieux qu’il connaissait pour ne pas être vu. Un Squard passa sur sa moto et par chance le jeune homme réussit à se cacher et passa inaperçu.

Après environ une heure de marche le garçon arriva devant les grands portes de fer du camp. Il ne s’arrêta pourtant pas devant et en fit plutôt le tour. Il sortit une clé et ouvrit le porte sécurisé d’une des maisons de l’aller. Il entra dans la maison et fut accueilli par les cris de joie de Justine, ainsi que les jurons amicale de Laurent et Dimitri.

- Où était tu passé ? On a faillit envoyer Luc et Xavier te chercher.

- Bonne nouvelle !

La voix d’Evan était roque. Les trois jours seul l’avait fatigué psychologiquement et physiquement et cela se ressentait dans sa voix. Au même moment Jennifer arriva dans le couloir et invita le garçon à montrer à l’étage pour manger. Cela lui fit un bien fou et il reprit plusieurs fois de la délicieuse soupe au légume de la jeune femme. Il annonça ensuite qu’il allait se coucher et qu’il raconterai tout le lendemain.

Il monta encore un étage et arriva au troisième et dernier étage, celui des chambres des gérants du camp. Il marchant jusqu’à le dernière chambre et y entra. Il verrouilla la porte avec le loquet et se déshabilla. Il regarda par le fenêtre et ne pu que voir le spectacle d’une ville en ruine et abandonné par beaucoup trop de monde. Il ferma les rideaux couleurs d’encre, se coucha et essaya encore un fois d’oublier le passé et espéra, avant de se laisser aller dans les bras de Morphée, ne pas revivre encore une fois ce qui s'était passé.
Revenir en haut Aller en bas
Roniron Weasley

Roniron Weasley

Hiboux Envoyés : 130
Gallions : 4034
Depuis quand t'es là ? : 11/05/2009
Where Are You ? : Vers mon Asouil d'amour XD

Evan Empty
MessageSujet: Re: Evan   Evan Icon_minitimeMer 30 Juin - 18:39

Evan se trouvait dans un lieu inondé de lumière. Il était torse nu et portait un sorte de pantalon blanc un fin tissu. Il ne savait pas vraiment comment il était arrivé là, ni pourquoi il était habillé ainsi.

Plus loin il apercevait la forme de quelqu’un qui avançait vers lui. Il eut un impression de déjà vu, rien qu’à la démarche de la personne. La personne lui parla sur un ton doux, apaisent, mais cela fit frémir Evan : Basil était pourtant mort…

- Evan ?

- Oui Basil ?

La voix du jeune homme était hésitante, mais il voulait savoir participer à ce qui se passait. Il voulait savoir où il était et se qu’il faisait là. L’autre garçon lui apparut enfin. Il était comme avant sa mort : les cheveux bruns avec des reflets rouges, les yeux brun et un pansement sur le nez. Il l’avait presque toujours ce pansement et personne, même Evan, n’avait jamais su d’où venait cette lubie. Basil portait des habilles assez classe, ceux qu’il mettait à l’époque de leur 17 ans pour les occasions qu’il jugeait importante.

- Reste près des autres ! Tu es leur ange, leur liberté !

- Tu rigoles, tu as toujours mené, c’est toi qui a eut l’idée de rassembler tout nos amis.

- Prend confiance en toi et prend ton envole !

Aux paroles du mort, Evan se sentit partir, décoller du sol. Il arriva dans le ciel au dessus de sa ville, l’autre fois appeler la Chaux-de-fonds, elle était comme dans ses souvenirs : les gens se promenaient dans les rues des voitures circulaient un peu partout et les magasins dévoilaient certains articles devant leurs vitrines. Il plongea en piquer vers ce spectacle qu’il avait oublié, enfermé dans le camp.

Malheureusement, des bombes s’écrasèrent sur l’avenue principale avant qu’il n’y arrive. Le sol sous les bombes tombaient et disparaissait dans le néant qui se trouvait en dessous. Le garçon réussit à contrôler ses ailes d’ange pour ne pas partir dans ces immenses fosses sans fond. C’était comme si le monde était posé sur une simple dalle et qu’il suffisait d’une simple bombe pour en vers tombé une partie.

Evan vola jusqu’au petit aéroport et se cacha dans un des hagards à avion du lieu. Il se cachait encore, il pouvait partir en volant et pourtant il se cachait. Qu’est qui lui prenait ? Il leva la tête et vie une sorte d’ancien engin volant. Il trouva cela étrange, mais n’eut pas le temps de s’interroger plus. Le hangar partit en poussière et il tomba !

Cela faisait un petit moment qu’il tombait sans fin. Ses ailes c’était brisé et les plumes s’étaient toutes envolés, quand une voix l’appela. Une voix de femme qui appelait son nom.

Evan se réveilla. Il s’était assit d’un coup dans son lit. Il avait encore l’impression de tomber, mais elle disparut vite et le garçon se rendit alors compte que la tête de Justine se trouvait à 5 centimètre de la sienne : c’était elle le femme qui l’appelait.

Il essuya la sueur qui coulait sur son front avec le revers de sa main et sourit faiblement à Justine. Il était pourtant sur de s’être enfermer dans sa chambre le soir précédent. La jeune femme comme si elle avait lu dans ses pensés lui montra une clé.

- J’ai utilisé la clé de secoure ! Il est 10 heure et j’ai pensé que s serai bien que tu te réveilles pas dix minutes avant pour ne rien comprendre.

Elle se leva et sortit de la chambre du garçon le sourire aux lèvres. C’était une sourire intriguant pour Evan qui n’en comprit pas la signification avant de baisser la tête t se rendre compte qu’il avait été en boxer devant la femme et qu’elle avait vu son fameux tatouages. Le tatouage encore un souvenir de Basil : Il avait fait des tatouages complémentaires, Evan portait celui qui représentait le feu et Basil celui de l’eau.

Il se leva tranquillement ressembla ses habilles et les mit. Il se dirigea comme un zombie à la salle de bain et s’y doucha. L’eau chaud lui rafraichit la mémoire et il se mit à pleurer.

Il sortit de la douche et se passa un ligne au tour de la taille. Il regarda quelques instants la porte pourvue d’une vitre floutée. Evan ouvrit l’étagère qui se trouvait derrière le miroir au dessus de l’évier et y prit un rasoir.

Il se rasa finement pour ne plus ressembler à une sorte de Bigfoot moderne. Il garda ensuite la lame en main et hésita. Il mit son poignet au dessus de l’évier et la coupa avec sans tendresse. Il refit le même geste à plusieurs reprises, malgré la douleur. Il changea ensuite de main et fit de même pour l’autre poignet.

Loïc entra pile au moment où Evan s’infligeait le troisième coup de rasoir. Il lui attrapa le bras et lui fit lancer la lame. Il le regarda pleins d’inquiétude. Il lui prit les poignets avec pleins de tendresse et les banda.

Loïc était chargé des récoltes du camp. Il devait aussi gérer le garde manger pour pas qu’il ne faiblisse trop vite. Evan ne le connaissait pas vraiment, même si il vivait dans la même maison et qu’il partageait le même étage avec Justine, Jennifer et Xavier.

Celui ci était plus doux qu’il ne le laissait penser. Quand on voyait ce grand blond on était souvent impressionner surtout qu’il était assez baraqué à force de travailler au potager.

Tout cela ne changeait rien au problème d’Evan. Il était enfermé dans un camp qui lui rappelait sans cesse son ami mort. Il voulait s’échapper s’envoler comme lui avait proposé Basil dans son rêve. Chacun des moments du rêve était resté gravé dans son esprit.

Loïc conduit Evan jusqu’à la cuisine de l’appartement et le fit s’assoir. Il lui servit à manger et s’assit en face de lui.

- Justine a bien fait de s’inquiéter quand elle voyait que celala mort de Basil te touchait si peu. C’était qu’une façade.

Le brun approuva de la tête tristement. Il avait essayé de rester fort face au autre et apparemment cela avait trop bien marcher. Il avait passé pour l’insensible du groupe. Il prit un morceau de pain et le mangea. Il poursuivît son repas en silence sous le regard bien veillant de Loïc.

- Je fais un rêve cette nuit… J’ai vu Basil et il me disait de m’envoler…

Osa enfin Evan qui trouvait se repas trop silencieux et oppressent. Il sentit tout de suite l’ambiance se détendre quand il commença de parler.

- C’était peu être un des ses fameux rêves où un mort entre en communication avec un vivant.

- moui…

Répondit le brun sans y croire. Le blond sourit et se leva en lui signalant que cela allait être l’heur de la réunion des responsables du camp. Evan se leva aussi, mais attrapa Loïc par l’épaule et lui demanda de ne pas parler au autre de ce qu’il avait fait ce matin.

Les deux garçons se séparèrent. Le brun pour se rhabillé et le blond pour prendre ses calcules pour la nourriture de la journée.

Quinze minutes plus tard il était dans le salon du deuxième étage en train de parler avec tous les autres chefs de la journée à venir. Justine était chargé de la communication, elle aidait à la coordination entre les autres secteurs et de faire parvenir les annonces au habitant du camp, Evan était chargé de la sécurité, il devait vérifier l’état des barrière de protection et organisé les tours de gai, Loïc devait comme dit précédemment gérer la nourriture et les cultures, Jennifer était la chef des cuisines, elle était chargé de faire les repas de midi et du soir ainsi que de veiller à que toutes les cuisines du camp était en état, Xavier s’occupait des nettoyages aussi bien dans la rue unique du camp que dans les maisons qui le composait, Laurent et Dimitri s’occupait de l’animation et Fanny était la secrétaire du camp, elle notait tout ce qui était à faire dans le camp et le classait par ordre de priorité.

La réunion ce termina et tout le monde partie à sa tache. Evan retourna dans sa chambre après avoir changer ses pansements et se contenta de regarder le ciel. Les mots : « envole toi » lui revinrent à l’esprit et il sourit. Que voulais dire Basil par là ?
Revenir en haut Aller en bas
 
Evan
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HOGWARTS :: DISCUSSIONS :: Arts :: Fictions et écrits divers-
Sauter vers: